La visite d’un chef d’Etat constitue toujours un évènement particulier. Saint-Malo, par sa position stratégique et son histoire, a été une étape remarquable lors de plusieurs visites officielles de rois de France ou de présidents de la République.

  • 1518 – François 1er 

Le 18 mai 1514, la fille d’Anne de Bretagne, Claude, épouse François 1er, roi de France. Par cette union, elle lui confie l’administration de la région. Pour François Tuloup, dès l’année suivante (14 octobre 1515), la nouvelle reine emmène son époux à Saint-Malo où de grandes festivités sont organisées. Pour d’autres sources, le roi séjourne à Saint-Malo à partir du 4 octobre 1518. Il reçoit de grandes personnalités locales et visite le monastère franciscain des Cordeliers de l’observance située sur l’île de Cézembre. Il honore son patron Saint-François. On voit ce jour-là un nombre impressionnant de paroissiens de la région converger vers l’île dans de petites embarcations pour rendre hommage à leur souverain. On raconte que c’est lors de sa traversée qu’on souffla l’idée au roi de fouiller les épaves situées dans la rade, pour retrouver des trésors engloutis.

Rien ne l’atteste mais, le 8 mai 1532, François 1er serait revenu brièvement au manoir de Brion, dans la baie du Mont Saint-Michel, pour rencontrer Jacques Cartier. Il lui aurait proposé l’organisation d’une expédition afin de rechercher un passage vers l’Asie.

  • 1858 – Napoléon III

Napoléon III par Jean Hippolyte Flandrin

Au cours de l’année 1858, Napoléon III, accompagné de l’impératrice Eugénie, du prince impérial et des ministres de la Guerre et de la Marine, réalise un « Tro Breizh ». Saint-Malo est une étape de son voyage.

Pour l’occasion, plusieurs arcs de triomphe sont positionnés sur la route menant à la Cité Corsaire, les maisons sont drapées de guirlandes, de fleurs et de drapeaux. Le 18 août, le cortège entre dans Saint-Malo au bruit des salves de canons et de la foule qui acclame son Empereur. Accueilli par les autorités et personnalités locales, Napoléon va ensuite ouvrir des festivités grandioses : spectacles, réceptions, bals … 

Le lendemain l’Empereur visite les infrastructures de la ville et parle plusieurs fois d’agrandir celle-ci. Avant de quitter la Cité corsaire, il annonce la création d’un nouveau quai sur le Sillon, ainsi que la modernisation des infrastructures portuaires.

  • 1874 – Mac Mahon

Portrait officiel du maréchal de Mac Mahon, président de la République

Le 18 avril 1874, en voyage officiel dans l’Ouest, Mac Mahon, président de la République, est accueilli à Saint-Malo. Il est reçu à la gare par les maires de Saint-Malo, de Saint-Servan et des officiers de la garnison.  

À son arrivée dans la Cité Corsaire, il est salué par le canon du fort Royal. Une fois de plus, les Malouins se sont pressés sur son passage pour apercevoir le premier personnage de la République. Le soir, illuminations et feu d’artifice fêtent sa présence. Dans la journée, il passe en revue le 47e Régiment d’infanterie sur la grève de Saint-Servan.

Interpellé par le président du Tribunal de Commerce de Saint-Malo, le maréchal lui a répondu qu’il se trompait en disant qu’il n’y avait pas de gouvernement défini. Il affirme qu’il usera de tous les moyens légaux pour donner au pays l’ordre et la sécurité.

Le lendemain, le maréchal de Mac-Mahon se rend voir les digues de Saint-Malo et de Saint-Servan, fait un détour par la Cathédrale et part à dix heures en train pour Rennes. 

  • 1896 – Félix Faure

Portrait officiel du président Félix Faure

En août 1896, Félix Faure débarque au Môle où l’attend le maire Charles Jouanjan. Le président Républicain va s’entretenir avec une délégation de personnalités locales à l’hôtel de Ville. Son court déplacement est accompagné des applaudissements d’une population flattée par cette visite. Quelques cris d’anarchistes viennent cependant ternir cette visite officielle. 

  • 1914 – Raymond Poincaré

Raymond Poincaré passant rue Ville-Pépin en mai 1914, photographie de Louis Miniac

Le 30 mai 1914, Raymond Poincaré est reçu en grande pompe. Lors de sa descente du train les canons tonnent, et les tambours résonnent. Le cortège prend la direction de Saint-Malo pour de nouvelles festivités. Pour l’occasion, les rues ont été pavoisées et des arcs de triomphe jalonnent le parcours. 

À son arrivée dans la cour du château, le Président est acclamé. Par la suite, il va se rendre successivement à Paramé et Saint-Servan. Alors que la guerre menace, Raymond Poincaré passe en revue des vétérans de la guerre de 1870 sur la place Bouvet. Il s’embarque ensuite pour Dinard. 

Le soir, un repas des plus fastueux est servi lors d’un banquet rassemblant toutes les personnalités locales.

  • 11 septembre 1960 & 26 novembre 1966 : le général de Gaulle 

La Bretagne est probablement la Région qui a reçu le plus de visites officielles du général de Gaulle. Rien que pour Saint-Malo, nous en comptons cinq. 

Durant sa traversée du désert, il est venu à Saint-Malo à trois reprises (30 juillet 1949, 30 octobre 1951, 7 juin 1953). Même retiré des affaires publiques, la venue de l’homme du 18 juin est un évènement. Lors de l’une d’entre-elles il va prononcer ce discours : 

“Parmi toutes les villes de France, vous, Saint-Malo, vous êtes l’une des plus blessés, non seulement à cause des destructions matérielles innombrables que l’on découvre dans votre ville, mais aussi pour cette raison que vos souvenirs, ce que vous étiez, ce que vous êtes, plongent jusqu’au fond de l’âme de la France. Vos rues, vos pierres, vos maisons, si pleines de caractère et de pittoresque, dans lesquelles ont vécu tant et tant de Malouines et de Malouins avec de temps en temps des grands hommes comme Jacques Cartier, Duguay-Trouin, Broussais, Surcouf, Chateaubriand, Lamennais. Vos pierres, vos maisons, vos rues, elles étaient, elles sont des morceaux du patrimoine moral, intellectuel et matériel de la Patrie”.

Le 11 septembre 1960 le général visite dans la même journée Rennes, Fougère, Dinard et Saint-Malo où il prononce une allocution. Pour l’anecdote, lors d’une précédente venue dans la cité Corsaire, il s’était étonné de voir l’étendard de la ville flotter au-dessus du drapeau national. Cette fois-ci, le drapeau malouin du Grand Donjon est remplacé par le drapeau de la France Libre à croix de Lorraine.

Enfin, le 26 novembre 1966, le général de Gaulle vient officiellement mettre en service le barrage de la Rance. À l’époque, ce projet pharaonique, unique au monde, est une fierté nationale.

Le général De Gaulle visite l'usine marémotrice de la Rance

Depuis, nous n’avons plus recensé de visite officielle du chef de l’Etat. Toutefois, n’oublions pas que Jacques Chirac était un habitué de la Côte d’Emeraude. Il séjournait régulièrement à Dinard et se rendait parfois dans la Cité Corsaire.